FACT FUTSAL LIMAL – SELAKLEAN THULIN : 3-2

2 décembre 2017 - 13:06

En s’imposant face au champion en titre, Limal voit sa série de victoire en cours passer à trois. Le gardien et capitaine, Aldo Redivo suspendu et Van Beethoven (sa doublure) blessé le lundi, il a fallu faire confiance à un gardien affilié le matin même. Youssef Laaouini a su se montrer à la hauteur et bien plus.

La première occasion est limaloise. Morgenstein ne peut que regarder le ballon passer devant ses yeux et la ligne de but. La seconde sera la bonne. Combinaison sur coup-franc entre Canal et Vitelli qui sert Morgenstein pour faire 1-0 à la 3e minute. Limal double son avance via Goncalves à la 13idéalement servi par Canal. A cinq minutes du terme, Barboza trouve la lucarne et redonne des couleurs à Thulin, 2-1. Juste avant la pause, Thulin obtient un neuf mètres en cherchant la 6e faute mais Valenti voit son missile arrêté par Laaouini.

On s’attend à une deuxième période intense et elle tiendra ses promesses. L’armada brésilienne va se casser les dents sur l’organisation orchestrée par Bartolotti. Le coach organise et réorganise ses troupes et lorsque Thulin trouve une faille, c’est Laaouini qui assure entre les perches repoussant l’égalisation jusqu’à la 51e minute. Lucas Diniz trouvant une fenêtre de tir qu’il exploite parfaitement, 2-2. Les visiteurs respirent enfin alors que les locaux sont à bout de souffle. Avec courage, les Limalois remettent le travail sur le métier. Izavan Do Nascimento mystifie la défense de Forgiarini avant de laisser Morgenstein mettre le cuir dans le plafond du but thulinois. Thulin tentera de jouer sans gardien les derniers instants mais privé de ballon, la tentative restera veine.

Score final 3-2.

Les buts :

  • 03’ : 1-0 Edson Morgenstein
  • 13’ : 2-0 Anderson Goncalves
  • 25’ : 2-1 Bruno Barboza
  • 51’ : 2-2 Lucas Diniz
  • 58’ : 3-2 Edson Morgenstein

Composition : Youssef Laaouini, Saverio Vitelli, Mouhsin Bouzid, Edson Morgenstein, Mauro Canal, Anderson Goncalves, Yassin Qoriche, Ammar Taifour, Izavan Oliveira Do Nascimento.

Commentaires